Chambre Syndicale des Cochers Chauffeurs CGT-Taxis
ChambreSyndicale desCochers ChauffeursCGT-Taxis

05/09/2016 Taxi parisien : La CGT-Taxis fait annuler deux arrêtés préfectoraux devant la cour administrative d’appel

Depuis 2013 une procédure avait été introduite par la CGT-Taxis contre deux arrêtés de la Préfecture de Police. La cour administrative vient de nous donner raison et ordonne l’annulation de ces deux arrêtés.

 

DOUBLAGE

 

Le premier arrêté (2013-01007) consistait à déréglementer  un peu plus le doublage en ouvrant la possibilité aux artisans d’en bénéficier. Cette mesure que certains ont osé présenter comme un progrès social pour le taxi (alors que ça n’en était un que pour leur portefeuille…)  n’est ni plus ni moins qu’un nouveau détournement du doublage.

 

Car à part offrir un cadeau aux artisans ayant une âme d’exploiteurs, ces doublages n’ont fait que renforcer l’inégalité que subissent quotidiennement les locataires et salariés. En effet pourquoi ne pas distribuer directement ces licences aux chauffeurs sur listes d’attentes ?

 

Les sociétés avaient depuis longtemps détourné l’esprit du doublage depuis qu’elles les exploitaient en location et non plus en salariat.  Cela était en contradiction avec tous les textes de lois en France. Pour preuve les nombreuses requalifications de contrat de locataires en contrat de travail obtenu par la CGT depuis 2000.

 

Ces détournements du doublage ont amené la CGT-Taxis à revendiquer la redistribution de tous les doublages aux chauffeurs sur liste d’attente. Ce sont plus de 1000 chauffeurs sur listes d’attentes qui pourront en bénéficier. Cette victoire contre l’arrêté 2013-01007 est un premier pas pour aller dans ce sens.

 

COUPURE

 

Le second arrêté que la préfecture doit annuler (2013-01005) concerne l’augmentation du nombre de coupures et l’augmentation de la durée de cette coupure à 5h00. Cet arrêté totalement anti social correspond bien à l’idéologie dominante du capitalisme où l’ont fait croire aux travailleurs que les acquis sociaux des dernières années sont un frein à l’enrichissement des individus.

 

Certains avancent également l’argument que dans un contexte totalement déréglementé où les contrefaçons de taxis accumulent les journées de 15/16 heures il faudrait carrément supprimer l’horodateur. A La CGT au contraire, nous prétendons que nous ne devons pas être asservis à notre travail sans parler des conséquences sur la santé physique et mentale des longues journées derrière le volant.

 

L’horodateur et la coupure (d’une durée raisonnable) sont des garants de la santé des chauffeurs et donc de la sécurité des autres utilisateurs de la voie publique, de nos clients,… Mais c’est aussi un formidable outil pour garantir la répartition du chiffre d’affaire entre les chauffeurs. Et parce que nous pensons qu’il faut combattre cette idéologie dominante qui sacralise le profit au dépend de la santé des travailleurs  et de l’équilibre de notre société, il faut se battre pour étendre des restrictions de temps de conduites pour tous les acteurs du transport de personnes. Car à la CGT, le nivellement doit se faire par le haut et non par le bas ! Il en va de notre santé, de notre qualité de vie, de la sécurité de nos concitoyens. La résignation ne fait pas partie du vocabulaire de la CGT.