Chambre Syndicale des Cochers Chauffeurs CGT-Taxis
ChambreSyndicale desCochers ChauffeursCGT-Taxis

 

 

pages précédentes 1 2 3

13/07/2022 Uber Files : MACRON, la marionnette d’Uber 

Quelle surprise ! En plein mois de vacances, une fois les élections présidentielles et législatives passées, les journalistes français et d’ailleurs découvrent sept ans après les faits, qu’Emmanuel MACRON est un fervent défenseur des valeurs capitalistes et un représentant non pas du peuple mais des intérêts privés des multinationales de type UBER qui, par définition, se soucient de peu de choses si ce n’est de leur profit.

Lire la suite

06/07/2022 Pénurie de taxis cerveaux ? Vers une hausse du nombre de taxis ?

Les chauffeurs VTC revendiquent un numerus clausus car ils ont vécu le surnombre d'acteurs et beaucoup ne s'en sont pas remis. Il est quand même extraordinaire que des organisations de taxis fassent la démarche inverse en revendiquant une augmentation continue du nombre de taxi !

Lire la suite

28/02/2022 Actualités de la Convention Collective Nationale des Taxis

Depuis la signature des accords sur la Convention Collective Nationale (CCN Taxis), la CGT-Taxis participe aux différentes instances du dialogue social: la commission paritaire permanente de négociation et d'interprétation (CPPNI), ainsi que la commission paritaire nationale emploi et formation professionnelle (CPNE-FP). Elle y défend l'intérêt des salariés Taxis et de la profession conformément aux résolutions votées lors du 51ème congrès de notre syndicat.

Lire la suite

14/02/2022 L’organisation patronale majoritaire du taxi est une organisation de VTC !

La CGT-Taxis fait part de son incompréhension à la ministre du Travail suite à la publication de l’arrêté du 13 décembre 2021 fixant la liste des organisations professionnelles d’employeurs dans la convention collective nationale des taxis (n° 2219). Il apparaît en effet dans cet arrêté que la première organisation d’employeurs représentative (loin devant les fédérations patronales de taxi) n’est pas une organisation de taxi mais de Véhicule de Tourisme avec Chauffeur (VTC). Pour la CGT-Taxis, elle ne fait donc pas partie de la branche taxi.

Lire la suite

20/12/2021 LES RÉSOLUTIONS DU 51e CONGRES

Les délégués au 51e congrès de la Chambre Syndicale des Cochers Chauffeurs CGT-Taxis réunis le 15 décembre 2021 à la Bourse du travail de Paris constatent que la politique décidée et appliquée par les pouvoirs publics en faveur des intérêts patronaux, rend la situation économique et sociale des chauffeurs, de plus en plus difficile. Les délégués estiment indispensables les mesures suivantes afin de mettre en place une véritable réglementation dans le cadre d’une nouvelle loi d’organisation du taxi dans le respect des conditions de travail de chacun :

Lire la suite

10/06/2021 Rapport des commissions locales : toujours aucune statistique !

La CGT-Taxis se demande comment l’autorité de tutelle peut administrer et gérer notre secteur d’activité sans disposer des connaissances statistiques nécessaires et des outils permettant d’avoir une vision d’ensemble ? À ce manque de statistique, s’ajoute un autre problème majeur selon nous : à quel prétendu besoin les VTC sont-ils venus répondre ? Pour la CGT-Taxis en effet, il semble évident que les VTC dans leurs manières de travailler au quotidien, avec la complicité des plateformes, ne sont ni plus moins que des contrefaçons de taxis.

Lire la suite

17/05/2021 « Nous sommes taxis »

De Paris ou de Marseille, du Pas de Calais ou du Languedoc Roussillon, nous sommes tous taxis ! Un seul métier aux multiples facettes, avec plusieurs modalités d’exercice : ceux qui travaillent de jour, ceux qui travaillent de nuit, ceux qui préfèrent travailler sur les gares et/ou les aéroports, ceux qui préfèrent sillonner la ville en quête de clientèle, ceux qui ont développé une clientèle privée, ceux qui font du transport de malades assis, ceux qui ont la radio…              

Lire la suite

03/02/2021 Article 2 de la loi Grandguillaume bloqué : le député JUMEL  interpelle le ministère des Transports

Suite à l’interpellation par la CGT-Taxis de plusieurs parlementaires, le député communiste Sébastien JUMEL a répondu à nos demandes. Nous savions que le groupe de la Gauche Démocratique et Républicaine a toujours été un soutien des chauffeurs de taxi, le député JUMEL le confirme. Il demande donc au Ministre DJEBBARI de faire appliquer dans les plus brefs délais l’article 2 qui doit permettre, en théorie, de poser les fondements du contrôle des plateformes VTC. Jusqu’ici, ces multinationales semblent en effet échapper à tout contrôle. À suivre…

Lire la suite

19/01/2021 Loi Grandguillaume non appliquée : la CGT-Taxis interpelle les parlementaires

Qu’est-ce qu’une démocratie parlementaire si les lois votées sont rendues inapplicables par l’exécutif ? Qu’est-ce qu’une démocratie où le dialogue social se résume à recevoir les puissants en méprisant les représentants des travailleurs ? Est-ce que ce sont les multinationales qui décident des lois applicables ? Depuis quatre ans l’article 2 de la loi Grandguillaume est inapplicable. Cet article doit permettre de poser les bases d’un contrôle des plateformes de type UBER. Puisque le gouvernement a pris le parti des plateformes en bafouant le vote du Parlement, la CGT-Taxis interpelle les députés sur ce grave dysfonctionnement de notre démocratie.

Lire la suite

29/12/2020  Retour au garage, maraude électronique, transmission de leurs données : les plateformes sont-elles au-dessus des lois ?

Le 29 décembre 2016, soit il y a exactement 4 ans la loi Grandguillaume était votée par le parlement. Cette loi était la conséquence de la mobilisation massive des chauffeurs de taxi en début d’année 2016 déclenchée par la CGT-Taxis et d’autres syndicats. En effet, face à l'injustice constatée quotidiennement sur le terrain et au vu du laisser faire des autorités, nous avions décidé de nous mobiliser le 26 janvier 2016.

Lire la suite

15/12/2020 Et en 2021 ? Le jour d’après…

L’intersyndicale CFDT, CGT, FO, FTI75, GESCOP, SUD et UNTP alerte le gouvernement sur la nécessité de maintenir le taxi dans le dispositif du fonds de solidarité en 2021. C’est en effet une question de survie du secteur, car la conjoncture qui se profile pour janvier 2021 et dans les mois qui suivront, dans un contexte de confinement et de couvre-feu, ne permettra en aucun cas une reprise de notre activité. Sans le maintien des aides financières, notre secteur, déjà en très grande souffrance, va basculer vers des dépôts de bilan pour les chauffeurs de taxi et des plans de licenciements massifs pour certaines entreprises avec toutes les conséquences désastreuses qui en découlent.

Lire la suite

25/11/2020 : Macron ou le président du placement de produit ?

« ATTENTION, CE DISCOURS CONTIENT UNE OFFRE COMMERCIALE »

Une fois de plus le président de la République se met non pas au service de l’intérêt commun mais au service de la multinationale prédatrice qui a symbolisé tous les excès de ce type de structure : UBER. Le président vient en effet de trouver le moyen de faire de la publicité à UBER sur un sujet aussi éloigné que grave que sont les violences conjugales envers les femmes. Quel est le rapport ? Est-ce le rôle d’un président de mettre en avant une multinationale qui s’est fait condamner à maintes reprises et qui n’a eu de cesse de mépriser l’état ? Est-ce le rôle du président de soutenir une multinationale caractérisée par son absence totale d’éthique ?

Lire la suite

06/11/2020 Fonds de solidarité : résumé des conséquences du décret

Après plusieurs mois d’attente où la CGT-Taxis a dénoncé l’exclusion du taxi de la liste des métiers directement impactés par l’épidémie (voir Le Réveil des Cochers Chauffeurs, n°789, juillet 2020) le taxi est enfin reconnu comme un secteur directement lié au tourisme et intègre l’annexe 1 du décret n° 2020-371 du 30 mars 2020. Les conséquences de ce passage dans l’annexe 1 sont nombreuses et détaillées ci-dessous.

Lire la suite

03/11/2020 Fonds de solidarité : le taxi enfin dans l’annexe 1 !

Après plusieurs mois le taxi est enfin reconnu comme un secteur directement lié au tourisme et intègre l’annexe 1 du décret n°2020-371 du 30 mars 2020. Cela va permettre aux chauffeurs de taxi en difficultés d’être mieux indemnisé notamment suite au couvre-feu et au re-confinement.

Lire la suite

05/09/2020 La vie est belle en taxi à Paris ?

Cette phrase entendue pendant la campagne de Madame HIDALGO reste pour l’instant un slogan. La réalité des chauffeurs de taxis parisiens ressemble plus à une souffrance et une persécution tant les mesures de la Ville de Paris nous compliquent le quotidien. Sans parler de l’absence de mesures fortes pour endiguer de nombreux fléaux qui frappent la capitale. L’intersyndicale des taxis parisiens interpelle la Maire fraîchement réélue.

Lire la suite

10/06/2020 : Le gouvernement doit intégrer le taxi dans le plan tourisme !

Actuellement, les taxis subissent une perte située entre 60 et 90 % de chiffre d’affaires. L’absence de reprise économique va certainement durer encore quelques mois vu l’activité nulle dans les aéroports, lieux de loisirs,… Les taxis par la nature de leur activité doivent évidemment être intégrés dans le plan d’aide que le gouvernement envisage pour les professions du tourisme. Les syndicats taxis interpellent le premier ministre sur ce sujet vital pour les chauffeurs de taxis.

Lire la suite

18/03/2020 Quand un pro UBER se souvient qu’il y a des taxis en France…

Alors que le président de la République ne cesse d’exhorter les Français à rester confiner chez eux, une catégorie de travailleur devrait pourtant selon M. Macron, continuer à travailler au péril de sa santé. Il s’agit des chauffeurs de taxis. M. Macron a évoqué dans son discours du 16 mars la possibilité d’une « mobilisation » des chauffeurs de taxi « au bénéfice » des soignants. Si bien sûr tout le monde est aujourd’hui d’accord pour soutenir le personnel soignant, cela ne peut se faire au détriment d’autres travailleurs comme les taxis, qui ne sont ni équipés, ni formés pour faire face à une telle crise sanitaire. La CGT-Taxis dénonce donc l’irresponsabilité de cette requête du président qui pourrait être lourde de conséquences pour la santé des chauffeurs de taxi, de nos usagers et de nos familles.

Lire la suite

23/12/2019 Gare de Lyon, rien ne va plus !

Les syndicats de taxi dénoncent depuis plusieurs mois l’absence d’écoute de la SNCF sur le dossier de la gare de Lyon à Paris. La SNCF n’a jamais pris en compte les nombreuses remarques des organisations de taxis, pourtant unanimes pour dénoncer les manquements du projet « Gare de Lyon ». En conséquence, afin de défendre nos conditions de travail et le droit de nos usagers à prétendre à une qualité de service digne de ce nom dans une des plus grandes gares de France, un mouvement de blocage de la gare de Lyon est prévu courant janvier 2020.

Lire la suite

13/12/2019 La loi Grandguillaume est toujours inapplicable : sommes-nous toujours dans un Etat de Droit ?

La CGT-Taxis au sein d’une intersyndicale alerte le secrétaire d’Etat aux Transports, M. Djebbari, sur la non-application de la loi 2016-1920 du 29 décembre 2016. Trois ans après sa promulgation, l’article 2 de cette loi n’est en effet toujours pas applicable. Ce n’est pas acceptable.

Cet article est pourtant essentiel car il doit poser les premiers jalons du contrôle effectif des entreprises organisant des services de transports, communément appelé « plateforme ». Depuis leur création, ces entreprises ont en effet démontré une volonté permanente de contourner les textes, leurs nombreuses condamnations dans le monde et en France en attestent.

Lire la suite

11/12/2019 Hidalgo et les taxis : 7 ans de perdus pour la profession !

Le 4 décembre 2019 une intersyndicale a eu lieu et a décidé d’interpeller la Maire de Paris  afin de lui faire part du mécontentement grandissant concernant le traitement de ses services vis-à-vis de l’activité des taxis parisiens et plus précisément concernant les stations de taxis qui relèvent de son autorité. L’intersyndicale déplore de manière générale le manque d’implication d’Anne Hidalgo face à l’envahissement de VTC que subit Paris ces dernières années.

Lire la suite

28/11/2019 Déclaration préalable de la CGT-Taxis à la commission locale du transport particulier de personne de Paris

 

Cette commission, selon l’article D3120-22 du code des transports, est censée établir un rapport de ses activités. La CGT-Taxis n’a jamais eu connaissance de la rédaction d’un tel rapport sauf à considérer que le compte rendu des interventions des uns et des autres constitue un rapport. Dans la mesure où notre zone d’activité concentre la majeure partie de ce que vous appelez T3P, nous nous demandons à quoi peuvent donc servir ces réunions puisque aucun rapport n’en ressort.

Lire la suite

02/10/2019 La CGT-Taxis réaffirme à la DGCCRF son opposition à la suppression de la prise en charge

La prise en charge est un élément fondamental du revenu des chauffeurs, qu’ils soient salariés, « locataire gérant » ou artisan. Sa suppression ne pourra pas être compensée au vu de son importance (10 à 20 % de perte de chiffres d’affaires selon le mode de travail). La précarisation du revenu des chauffeurs de taxi ne constitue pas, pour la CGT-Taxis, une voie de modernisation. Malheureusement, depuis plus de dix ans, les décisions successives de l’administration n’ont fait qu’aggraver la situation économique des chauffeurs de taxi.

Lire la suite

30/09/2019 La prise en charge en danger ! 7 500 à 10 000 € de perte par an !

Une nouvelle attaque contre les taxis est en train d’être préparée par les autorités (DGCCRF, Préfecture de Police) avec, une fois de plus, la complicité des représentants patronaux (loueurs et radios) : ils veulent supprimer la prise en charge ! La CGT-Taxis a eu la surprise de découvrir lors d’une réunion les représentants patronaux de concert avec les représentants de la Préfecture de police envisager la suppression de la prise en charge alors que nous étions censés améliorer l’affichette et la note de course !

Lire la suite

08/07/2019 Commission taxi Paris

La commission professionnelle du taxi s’est déroulée ce jeudi 4 juillet 2019. Rappelons que dans ces commissions administratives les syndicats ne sont que consultés. La Préfecture et le Préfet sont en effet les réels décisionnaires. C’est une conception très archaïque que les Cochers Chauffeurs dénoncent régulièrement. Seule l’implication massive des chauffeurs dans les syndicats permettra de renverser cette situation d’injustice. Quoi qu’il en soit, voici les interventions et les positions de la CGT-Taxis défendues lors de cette commission « consultative ».

Lire la suite

 

 

pages précédentes 1 2 3